Comment déduire son véhicule quand on est kiné libéral ?

Comme la plupart des kinésithérapeutes, vous vous déplacez souvent pour des actes à domicile et des visites dans des établissements de santé. Pour déduire vos frais de véhicules, vous avez le choix entre la comptabilisation des indemnités kilométriques ou l’option des frais réels. Selon vos kilomètres et d’après vos justificatifs de dépenses, un comptable pourra vous aider à choisir entre ces 2 régimes.

Que recouvrent les frais réels ?

Les frais réels pour l’usage d’un 2 ou 4 roues dans le cadre de l’activité d’un kinésithérapeute intègrent tous les frais engagés par le professionnel de santé pour son véhicule. Cela comprend le carburant, les lavages, les réparations, les pneus et l’entretien au garage. Il revient au kinésithérapeute de conserver les justificatifs de ses dépenses. Le cas échéant, le praticien les transmettra à son comptable. L’achat du véhicule en lui-même est déductible sur un amortissement comptable.

A savoir : les frais de stationnement et de péages sont hors des frais réels : Ils sont payés par le compte professionnel, en frais de déplacement et de transport. En cas de doute sur certains types de frais (équipements GPS, vêtements moto par exemple) Compta Santé pourra vous renseigner.

Comment se déduisent les kilomètres effectués par le kiné ?

En optant à titre comptable pour les indemnités kilométriques, le kinésithérapeute en libéral doit enregistrer ses parcours domicile-travail et les kilomètres réalisés dans le cadre de son activité pro. Selon les km effectués et la puissance fiscale du véhicule, un barème établi par l’administration est appliqué par le kiné lui-même ou son cabinet comptable pour obtenir le montant déductible.

Il est à noter qu’un seul aller-retour domicile/travail est autorisé par jour, pour une distance globale de 80 km/jour max. Une distance domicile-travail dépassant 40km est validée dans certaines situations (remplacement, début d’activité, raisons familiales) que votre comptable peut étudier. Il est également possible de prendre en compte provisoirement un 2ème aller-retour par jour si le kinésithérapeute suit un traitement, si une personne à son domicile nécessite sa présence (enfant malade par exemple), si l’amplitude horaire de visites l’exige…

La bonne posture par rapport à l’administration fiscale : Compta Santé vous conseille de laisser un carnet dans votre voiture ( ou d’utiliser une appli ) pour régulièrement noter vos km avec précision.

Associer activité de kiné et déplacement à vélo ?

En tant que promoteur de l’activité physique, un kiné devrait logiquement être amené à utiliser son vélo ! En ville, cela s’avère très pratique, sauf s’il faut transporter sa table de massage ! Qu’il soit électrique ou non, une quote-part pro/perso doit normalement s’appliquer au coût d’achat (ou aux amortissements si > 600€ TTC), comme aux frais de réparation et autre équipement (coffre ou casque par exemple). En comptabilité, une durée d’amortissement de 3 ans s’applique sur les vélos (ou trotinette).

Dans la réalité, comme il est impossible de contrôler l’utilisation personnelle de ces véhicules, le thérapeute peut transmettre à son cabinet comptable un mail attestant d’une utilisation 100% pro afin que tout puisse être déduit.

A noter : Comptasanté vous parle bien ici de déduction de frais de véhicule et non de l’indemnité forfaitaire de déplacement ( IFD ) qui s’ajoute au montant des honoraires pour kinésithérapie prescrite à domicile.

Frais professionnels de kinésithérapeute : que peut-on déduire ?

Les kinésithérapeutes peuvent déduire de leur résultat imposable les frais engagés pour les besoins de leur activité professionnelle libérale. Vos achats pros doivent alors répondre à certaines conditions : il faut que les dépenses soient considérées comme raisonnables et justifiées par une facture. Prendre appui sur un comptable peut vous simplifier la tâche.

Les charges déductibles des kinésithérapeutes

Pour les kinésithérapeutes soumis au régime réel d’imposition, seules les dépenses nécessaires à l’exercice de leur activité et de leur cabinet peuvent être intégrées dans les charges déductibles. Et ainsi, venir réduire leur résultat imposable. L’administration fiscale n’étant pas très souple, ces frais doivent faire l’objet d’un justificatif comportant le montant et la date de l’achat.
Il semble évident que les médecine balls ou les tables de massage fassent partie des charges déductibles des kinés. De nombreuses autres dépenses entrent dans différentes catégories de frais professionnels, que pourra vous présenter un comptable.

  • Petit matériel, fournitures de bureau, de correspondance et de documentation. Y compris les achats de logiciels et de documentation professionnelle, les smartphones et les forfaits internet
  • Frais de transport et de déplacements professionnels, pour des visites ou pour des séminaires ainsi que les Frais de formation
  • Frais de repas, avec un montant maximal déductible, comme peut vous expliquer Compta Santé.
  • Cotisations retraite, prévoyance, Madelin, assurances, adhésions à des organismes professionnels …
  • Secrétariat et télésecrétariat,
  • Publicité et cadeaux, magazines pour la salle d’attente, abonnements à des plates-formes de streaming pour diffusion de musique…
  • Frais bancaires (pour compte pro du thérapeute), intérêts et frais de dossiers d’emprunts professionnels
  • Honoraires pour la gestion de votre comptabilité

Si vous avez un doute concernant la possibilité de déduire telle ou telle charge de votre résultat, faites réagir l’équipe de Comptasanté !

Les frais non-déductibles
Inutile d’essayer de faire des entorses à l’administration fiscale pour gagner quelques euros sur vos impôts ! Pas de charges déductibles pour :
• Rendez-vous coiffeur
• Frais esthétiques
• Achats de vêtements courants
• Salle de sport
• Permis de conduire
• Impôt sur le revenu

Des charges qui font fléchir vos impôts

En dehors de ce qui est déductible ou pas, il existe également des plafonds sur certains frais professionnels des kinés, par exemple sur les repas pris entre confrères ou lors de formations. Un comptable, qui plus est spécialiste des professions de santé, peut vous guider afin que toutes les charges possibles soient correctement déduites. C’est à cette condition qu’elles infléchiront votre revenu imposable et donc vos impôts. Gardez la main sur votre activité et sur les achats à effectuer, Comptasanté prend le relais sur vos obligations fiscales et comptables !

Kinésithérapeute et micro-BNC, le bon choix ?

En matière de fiscalité, les kinésithérapeutes en libéral dépendent du régime au réel de la déclaration contrôlée ou du micro-BNC. Le micro-BNC a l’avantage de présenter de moindres obligations comptables pour les kinés en exercice. Cependant, une comparaison établie par un comptable peut montrer que cette solution n’est pas toujours fiscalement avantageuse.

Continue reading